Meurtre d'une joggeuse à Nîmes: l'ADN du suspect similaire à celui retrouvé sur le corps.

Le ressortissant britannique âgé de  32 ans  interpellé lundi dans le cadre de l'enquête sur le meurtre de la   joggeuse  près de Nîmes, jeudi, et placé en garde à vue aurait été confondu par son ADN.



Selon Gilles Soulier, directeur de la police judiciaire locale et le procureur adjoint de la République, Stéphane Bertrand.   qui se sont exprimés au cours d'une conférence de presse a indiqué «Il ne nie pas tout en bloc mais il ne reconnaît pas tout», ajoutant que "les enquêteurs ont  retrouvé pas mal d'objets lors de la perquisition  au domicile du suspect  qui seraient en lien avec la scène de crime».


Lors de l'enquête de proximité, les policiers avaient remarqué que cet individu  qui vit à 300 mètres du lieu du crime correspondait au portrait-robot de l'agresseur, il présentait également des blessures aux mains compatibles avec des griffures de ronces. 
Le suspect serait originaire de Chatham (sud-est de la Grande-Bretagne) dans le comté du Kent, où il aurait vécu jusqu'à ces dernières années, a indiqué une source proche du dossier.
Le corps de la joggeuse, une mère de trois enfants, avait été découvert jeudi peu après 22H00 près d'un chemin du quartier de Courbessac, où elle avait l'habitude de courir. Un cutter et deux pierres ensanglantées avaient été retrouvés à proximité du corps.
 Selon une source proche du dossier, les enquêteurs de la police étaient à la recherche de vêtements maculés de sang que le suspect aurait pu porter lors de l'agression, des traces ADN susceptibles de confondre l'auteur avaient été retrouvées sur la scène du crime.  
Avec Afp
--> Rendez-vous sur Hellocoton !

Rédigé par MENATWORK on mardi, janvier 29, 2013. Mots Clés , , , , , . Suivre les commentaires RSS 2.0. Laissez un message

0 commentaires for "Meurtre d'une joggeuse à Nîmes: l'ADN du suspect similaire à celui retrouvé sur le corps."

Publier un commentaire