Le typhon Bopha menace de nouveau les Philippines.


Certains démunis finissaient par se livrer au pillage pour survivre, tandis qu'une organisation intergouvernementale demandait 7 millions de dollars d'urgence pour l'aide immédiate.

Le typhon, qui a touché principalement le sud de l'île méridionale de Mindanao, a fait au moins 546 morts, dont 506 sur Mindanao, et plus de 500 personnes étaient toujours portées disparues quatre jours après son passage, selon le dernier bilan publié samedi par les autorités.
Et, alors que des centaines de milliers de personnes étaient sans-abri, et des milliers isolées à la suite de l'effondrement des routes, l'Organisation internationale des migrations, une organisation intergouvernementale installée à Genève, a lancé samedi un appel de fonds de 7 millions de dollars pour l'aide d'urgence aux Philippines.
Depuis le passage du typhon, l'OIM a distribué une aide non alimentaire et prépare des abris pour les sinistrés, qui ne peuvent tous être accueillis dans les centres d'évacuation mis en place par les autorités, où se trouvent déjà près de 300.000 personnes.
Quatre jours après le passage de Bopha, les secours peinaient toujours à atteindre de nombreux endroits, les routes ayant été détruites ou bien bloquées par des avalanches de rochers ou des coulées de boue.
En attendant leur arrivée, on se débrouillait avec ce qu'il y a sur place, a constaté un journaliste de l'AFP. Ainsi les 4.000 habitants du bourg de Maparat, après avoir mangé les derniers poulets ayant survécu au typhon, ont ensuite parcouru les alentours à la recherche de noix de coco, seule nourriture disponible.
Et les camions arrivant enfin samedi matin avec de l'aide, dans ce bourg dont toutes les maisons ont été emportées par l'eau et dont les habitants étaient depuis quatre jours entassés dans l'école, apportaient également des dizaines de cercueils pour les corps entassés sur un terrain municipal.
Dans la petite ville de Cateel, les habitants, après avoir épuisé ce qui pouvait leur rester comme provisions, ont pillé samedi les magasins, a rapporté à l'AFP un responsable provincial qui avait réussi à atteindre le bourg.
Selon les autorités, les dégâts causés aux routes et aux ponts par la montée des eaux et les glissements de terrain ont isolé quelque 150.000 personnes pendant trois jours à Cateel et dans les villes voisines de Baganga et Boston, où 97% des bâtiments se sont écroulés ou ont perdu leurs toits.
Les Philippines subissent une vingtaine de tempêtes ou typhons importants chaque année, survenant pour la plupart pendant la saison des pluies entre juin et octobre.
En 2011, 29 typhons avaient causé la mort de 1.500 personnes, dont 1.200 à Mindanao après le passage de la tempête tropicale Washi.
L'impact économique est par ailleurs souvent lourd pour ce pays pauvre de 90 millions d'habitants.
Les Philippines sont le troisième exportateur de bananes et une grande partie des plantations sont situées à Mindanao, généralement moins sujette aux typhons. Selon un organisme professionnel, Bopha a détruit 10.000 hectares de bananeraies, soit un quart de la surface cultivée du pays.
La plupart des victimes étaient des migrants très pauvres venus travailler dans de petites mines d'or susceptibles de se transformer à tout moment en tombeau pour leurs travailleurs.
Le gouvernement avait interdit la construction de logements sur plusieurs de ces sites, jugés trop dangereux, mais les autorités locales continuent d'accorder des permis de creuser.

AfpRendez-vous sur Hellocoton !

Rédigé par MENATWORK on samedi, décembre 08, 2012. Mots Clés , , , , , , , , . Suivre les commentaires RSS 2.0. Laissez un message

0 commentaires for "Le typhon Bopha menace de nouveau les Philippines."

Publier un commentaire